Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Essai Aprilia RSV 1000 (2004)

Design italien

Aprilia RSV 2004

Je vais être honnête, j'ai littéralement craqué sur son look dès l'apparition des premières photos officielles. Je roulais à cette époque en falco, moto assez sportive également, mais pas radicale. Je n'ai alors pas attendu longtemps avant de signer le bon de commande, peu de temps après la sortie de la moto. Je commençais à connaitre Aprilia et Rotax (le fabricant du moteur) et je savais que je ne serais pas déçu par leur nouveau jouet. 

 

Aprilia RSV 2004 profil droit avant

Aprilia RSV 2004 profil droit arrière

Clairement c'est une moto bien dessinée. Nous sommes en 2009 et je trouve personnellement qu'elle n'a pas vieilli. Certes elle n'atteindra pas le mythe d'une Ducati 916, mais elle ne passera jamais inapperçue comme certaines sportives japonaises des années 2000. 

Coté finition, rien à dire : l'équipement respire la qualité et y'a rien qui dépasse.

Aprilia RSV 2004 route des crètes

 

A Bord

Une fois assis sur la moto, on s'y sent bien. Presque comme si on connaissait déjà. Le  gabarit n'est pas ridiculement petit, le réservoir suffisamment large pour ne pas avoir à forcer le serrage des genoux. Forcément c'est une sportive, donc on est en appui sur les poignets et les jambes sont bien repliées (mais pas exagérément non plus). La selle conducteur est plutôt large est accueillante, j'ai connu pire.

Le tableau de bord est bien intégré, et il est complet. En vrac : température moteur, heure, vitesse maxi, vitesse moyenne, chrono, 2 trips, tension de la batterie, etc. Il ne lui manque qu'une jauge d'essence, la réserve étant symbolisée par un simple voyant.

Les commodos sont dans les standards Aprilia, c'est à dire que c'est comme sur une japonnais à ceci près que les commandes des clignotants et de klaxon sont inversées. On s'y fait vite je vous rassure, mais au début on a tendance à klaxonner à chaque changement de direction...

Aprilia RSV 2004 vue arrière  

On notera également un excellent éclairage (4 optiques tout de même) qui aura même tendance à éblouir les gens en face malgré un réglage correct. Plutôt rassurant lors des "balades" nocturnes. 

Aprilia RSV 2004 vue de face

 

Moteur

Venant d'une Falco dont le bruit d'origine provient plus de la mécanique que des échappements, la RSV m'a fait drôle au premier démarrage. Le son est plutot mélodieux, un peu rauque et globalement plaisant pour de l'homologué. Ca n'a pas le son caverneux d'une paire de Termignonis évidemment, mais c'est suffisant pour se faire plaisir en toute légalité.

Allez passons la première et roulons, les vitesses passent facilement et la boîite verrouille bien. Elle se fait assez vite oublier, même si j'ai eu droit à quelques faux points morts pendant ses 4 ans d'utilisation. Rien de grave à vrai dire, c'était assez rare.

Concernant la cavalerie en elle même, n'y allons pas par 4 chemins. En dessous de 3000 tours, ben inutile d'y aller, ca cogne et c'est désagréable. De 3000 à 4500, on enroule doucement, à ce régime, il faut éviter la poignée dans le coin, on sent que le moteur n'aime pas ça. De 4500 à 7000, on se fait de la balade rapido-pépere en enroulant sur le couple qui commence à être bien présent. Au delà de 7000, ben ça arrache jusqu'à 11000, avec  la roue avant qui déleste assez facilement jusqu'en quatrième. Étonnamment ce twin se comporte donc un peu comme un 4 cylindres, mais plus bas dans les tours évidemment.

La seule chose à rapprocher en fait est la transmission d'origine qui est trop longue. A 90 en sixième, on est à 3000 tours, soit presque en sous régime. Bref sur nos routes c'est pas top. L'idéal est de remplacer le pignon de sortie de boite de 16 d'origine par un 15 dents. La différence est énorme est la moto bien plus agréable. Il parait d'ailleurs qu'ils ont mis le 16 dents pour passer les normes européennes, mais la moto est prévue pour un 15 dents.

Un petit mot à dire sur l'embrayage : rien a dire sur son fonctionnement, même si les habitués du câble trouverons sans doute la poignée un peu dur. Par contre le récepteur est trop exposé à la chaleur du moteur. Ca se traduit par le fait que le joint qui se trouve à l'intérieur vieilli bien trop vite, surtout si on roule beaucoup l'été. La poignée devient alors toute molle, et la garde de plus en plus longue jusqu'à avoir du mal à passer les vitesse si on ne fait rien (ce qui m'est arrivé). Ce défaut se retrouve sur les RSV post 2004 et le constructeur n'a semble t'il pas jugé intéressant de modifier le système.... tant pis pour nous. Pour contrer ce défaut, je recommande à tout le monde de remplacer le joint du récepteur d'embrayage (opération simple et pas chère) et faire en même temps une purge du circuit à chaque révision, soit 10000 km.

Aprilia RSV 2004 sur l'angle

 

Partie cycle

Qu'on se le dise, je ne suis pas un pilote. On va dire que j'aime prendre de l'angle sur les routes viroleuse et peu fréquentées, sans être un fou de vitesse dans les lignes droites. Remarquez ce site n'est pas là pour vous donner des avis de professionnels justement.

Concernant le chassi, celui est étonnement facile à prendre en main, et mon petit niveau de pilotage m'a permis de faire frotter les cales-pied à quelques reprises, sans forcer comme un porc. Les virages s'enchainent de manière vigoureuse et précise, et on s'amuse à corriger une trajectoire mal estimée en accélérant ou en freinant selon le besoin. Bon faites pas ça comme des bourrins hein, z'allez dire que c'est ma faute si vous vous plantez après!

Coté freinage, les brembo à 4 plaquettes par étriers sont très efficaces, mordants sans être violents. Un régal. Dommage que l'arrière soit totalement inefficace, même régler aux petits oignons par un pro. Ceci est à priori dû bocal de liquide de frein qui prend trop la chaleur du moteur... comme le récepteur d'embrayage. Attention un réglage trop serré de la garde, et après quelque kilomètres, c'est blocage de l'arrière assuré, la garde diminuant avec la chaleur du moteur (ca m'est également arrivé : moto qui ralentit toute seul malgré le fait qu'on accélère de plus en plus jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que le disque arrière est rouge vif tellement les plaquettes le freine depuis 5 bornes...). Bref j'ai arrêté d'espérer tirer quelque chose de correct avec ce frein arrière, si bien que je ne l'utilisais plus du tout.

Aprilia RSV 2004 sur l'angle 2

 

Et pour finir

Pour finir on citeras quelques défauts assez énervants :

- batterie qui se décharge trop vite l'hiver (optimate obligatoire)

- un connecteur électrique (derrière le carénage coté droit) qui a tendance à ne pas supporter l'intensité qui y passe : le connecteur fond jusqu'au court circuit. La moto est alors immobilisée, et le probleme peut aller jusqu'à griller quelques élément électroniques onéreux au passage. Ouf je suis passé à coté. La solution consiste à supprimer ce connecteur et relier les fils ensemble.

- le fameux récepteur d'embrayage et le frein arrière qui ne tiennent pas la chaleur comme déjà indiqué plus haut. 

Mise à part ça, il s'agit d'une moto à la mécanique fiable et plaisante. L'ensemble est bien fini, avec une partie cycle au top et belle à regarder (en particulier l'ensemble cadre + bras oscillant). Je l'ai revendue après 4 ans et 33000 kilomètres parce que j'en avais marre des sportives et que je voulais quelque chose de plus calme et de plus adapté à nos routes.

Bref c'est excellente alternative par rapport à toutes celles que l'on peut croiser partout.

Aprilia RSV 2004

Aprilia RSV 2004 2

Aprilia RSV 2004 design

Aprilia RSV 2004 profil gauche

Aprilia RSV 2004 3