Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Essai Benelli TNT 899 (2009)

Benelli TNT 899Merci Météo France. Non vraiment: des jours pluvieux comme ça j'en redemande encore 

Il fait donc grand soleil et température agréable quand je décide de me diriger vers "Back to Bike", une concess' Benelli et scooters située dans le 91. J'avais déjà eu le taulier au téléphone il y a quelques mois pour me renseigner sur cette Benelli, nouvelle mouture de la marque Italienne, et alternative économique à la sauvage 1130 du meme nom, bien trop chère à mon gout (13000€). La "petite" TNT vaut 10.000€, et représente une alternative 3 cylindres ritale assez abordable et bien positionnée.

Allez, accélérons le mouvement: en selle. Le modèle essayé est une 899 "normale" (elle existe également en version "S" avec quelques équipements supplémentaires). Le modèle affiche 35000 kms. Le compte-tours déconne, reste a zéro au ralenti...ça commence fort. La selle est confortable, le bras oscillant purement magnifique, mais les plastiques font vraiment cheap, à l'image du logo "TNT" grossièrement frappé sur le guidon. De ce coté là, vraiment ça déconne, on n'a pas l'impression d'être en face de la "haute couture" ritale mais plutôt d'un modèle d'entrée de gamme. Les commandes tombent très bien sous les mains, la bestiole se conduira sans même jeter un oeil aux commandes, mais mon Dieu : ces plastoques c'est vraiment abusé! Ne soyons pas rabas-joie et voyons ce que ça donne en ville. Heureusement en mouvement, le compte-tours se réveille.

L'embrayage est très ferme, plus que sur mon XB, et le passage "1ere-2eme 2eme-1ere" en ville use son homme. Cependant, même en bas du compte tours gradué jusqu'à 10.000 tours/min, la sonorité du 3 cylindres Italienne se fait forte, affirmée et envoûtante. Ce sera la une des principales qualités de la petite Benelli, mais on en reparlera plus tard. Le compteur affiche la température d'eau qui monte rapidement en ville. Elle se stabilise vers les 85 degrés ce qui reste raisonnable. Le ventilateur se met en route à ce niveau de température, mais le bruit reste discret. A noter un point hautement désagréable: les accoups d'injection. Déjà je les avaient trouvé pénibles sur la speed 1050 II, mais là, c'est carrément abusé; entre 3000 et 3500 tours la moto hoquette à la remise des gaz, ça se traduit par autant de désagréments dans les bras. Au bout de 10 minutes en ville ça devient insupportable, entre autres car il convient de tenir cet embrayage, vous savez, celui dont je disais qu'il était TRES ferme : un vrai loupé au niveau de l'injection pour une architecture moteur qui se veut normalement plus souple qu'un Twin. Même mon XB12 est plus souple à bas régime, c'est peu dire !

Quand arrivent les axes plus roulants, je peux enfin voir ce que le moteur à dans le ventre: de 1000 à 5500 tours ça avoinne bien mais je reste sur ma faim en raison du "manque de couple" par rapport à mon gros Bi. Ok, ce n'est pas la même cylindrée non plus mais j'en attend plus d'un 3 cylindres sportif qui cube tout de même 900 cc... A partir de 6000 tours/min par contre là ça cause...la belle a beaucoup plus de reprise et le bruit se fait complètement sauvage. Même en origine, le pot distille son opéra Italien avec force : qu'est ce que ça sonne!!!!  Il est vrai que cet aspect est non négligeable dans les essais. Ce bruit est absolument magnifique : je me surprendrais plusieurs fois à volontairement aller en dessous de cette plage des 6000 tours/min pour mieux essorer la poignée. 

Dans les virages, la TNT est un vrai rail. Après avoir essayé la Brutale de chez Agusta, j'en suis désormais convaincu: les Ritals et les parties-cycle c'est vraiment une histoire d'amour! La machine est d'une stabilité sans faille, d'une neutralité exemplaire : ça rassure et permet de passer vraiment vite en virage : un vrai régal, rien à dire à ce niveau là si ce n'est "chapeau" pour le taf réalisé.

Au vu des embouteillages de départs en vacances et de quelques bonnes frayeurs avec 2 ou 3 bagnoles migrant vers le Sud avé' les caravanes, je décide de stopper la mon essai et de rentrer à la concess'

 

Bilan

Points positifs

  • LE SON!!!! : la vache c''est un régal, bien plus chouette que le bruit d'une Speed 1050 d'origine, rien que pour ça cette meule est jouissive
  • Réactive (on peut meme dire que ça marche sa race) à partir de 6000 tours/min
  • Le look: c'est subjectif, mais je la trouve juste magnifique et vraiment originale
  • La partie-cycle: royale, intuitive et neutre, un modèle du genre (sur bitume propre)

 

Points négatifs

  • Les accoups d'injection: celle ci est en 100 chevaux, peut etre qu'en full ca changera la donne? Quoi qu'il en soit c'est vraiment chiant
  • Relatif manque de couple. Y'à pas à chier: quand on vient d'un gros twin c'est dur de redescendre en couple meme si l'allonge est sans commune mesure avec ma Buell
  • Finition des plastiques: on dirait que cette meule à été faite en 2 fois: toute la partie "dure": partie cycle, bras oscillant etc est superbe, et toutes les parties moins nobles (plastiques) sont dignes d'un Kinder monté avec les pieds...une vraie fausse note 

Au final, je ressors assez déçu de cet essai: j'en attendait énormément de cette machine, notamment en terme de caractère. Je me retrouve avec un truc assez linéaire qu'il faut cravacher non stop! Résultat; encore un piège à permis ... 

Quitte à aller vers un 3 cylindres, Triumph me parait nettement mieux plaçé avec la speed et son couple démoniaque, meme si elle est à mes yeux moins caractérielle que la Benelli.

La TNT 1130 doit etre vraiment sympa, mais vu le prix, on rentre dans une catégorie supérieure.

Cette petite TNT n'est pas une mauvaise moto mais on a l'impression que la copie a été gachée par des classiques non maitrisés: comment se permettre de mettre des plastoques aussi cheap sur une machine aussi belle lorsqu'on sait que dans cette catégorie, le look joue un rôle primordial??!! Les progrès faits par Ducati et Triumph sur ce chapitre me confortent dans l'idée que Benelli est un peu à L'ouest: c'est bien dommage. Dommage: c'est le mot d'ordre de cet essai car avec une partie cycle pareille il est fort à parier qu'un minimum de taf fait sur les points négatifs précités aurait signifié une Tuerie intégrale...

Un de ces 4 je retournerai l'essayer en full et dans des conditions de roulage plus optimales.

Merci beaucoup au propriétaire de "Back To Bike" pour sa gentillesse et sa disponibilité.

(Ndlr : les images si dessous ont été récupérées au hasard du net)

Benelli TNT 899 vue avant droit

Compteur Benelli TNT 899

Silencieux Benelli TNT 899

Essai rédigé par Ouhdaniela