Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Essai Honda VFR 1200 (2010), par Moto Laos

Honda VFR 1200Samedi, 15h30, je commence à trouver le temps long chez moi alors que dehors il fait un soleil de printemps. Tiens, mais cette semaine j’ai vu sur MS que la VFR était arrivée en concession ?! Un coup de fil à Honda Casque d’Or à Boulogne et hop ! rendez-vous est pris pour un essai une heure plus tard.

Arrivée chez le concess avec mon majesty 125, je détonne un peu avec le full équipement casque/gants/pantalon/bottes/dorsale. Patience, c’est pour la bonne cause. Le concess m’attend, je lui demande si la VFR est rouge comme je l’ai vue dans les différents essais presse. Surprise, c’est dans sa livrée blanche que j’essaierai la nouveauté. Je la trouve magnifique, très bien finie, et moins imposante que je ne me l’étais imaginé.

Passons à l’essai !

Honda VFR 1200 vue avant gauche

Prise en mains

Malgré un poids assez important, la VFR 1200 est très maniable et surtout très fine, ce qui donne l’impression d’enfourcher une moto d’une catégorie inférieure. Cela contribue fortement à la facilité de prise en main. Une fois en selle, le compteur tombe bien sous les yeux, il est moderne, complet et bien fini avec jauge à essence et rappel de rapport engagé.

Tableau de bord Honda VFR 1200

Petit bémol concernant le commodo gauche, avec le klaxon à la place des clignos et vice versa. Il me faudra pendant tout l’essai vérifier que j’active bien les clignos en quittant les yeux de la route. Question d’habitude j’imagine, mais c’est vraiment déroutant.

Commodo clignotants Honda VFR 1200

La position de conduite est idéale pour mon 1,78m, le buste est basculé vers l’avant, mais mes poignets n’auront pas souffert du tout pendant les 45 minutes de l’essai. Les deux pieds sont bien à plat sur le sol. Légèrement penché, on sent bien la vocation sportive de la moto mais d’un autre côté la selle est confortable, les jambes sont suffisamment dépliées et on se dit que pour faire de la route le confort répondra aussi à l’appel.

 

Sur la route

Allez, contact. Le V4 s’ébroue dans un bruit assez quelconque mais qui reflète bien les 1200 cm3 du nouveau moteur. Les premiers tours de roues sont très rassurants, c’est bien une Honda, je suis à l’aise au bout de 50 mètres. C’est parti pour un petit tour sans dépasser les 8000 trs/min en raison du rodage du moteur.

Le confort de roulement est royal, la moto est très bien suspendue et gomme les imperfections de la route, ça m’a fait penser à la BMW K1300S, on sent bien que c’est une moto haut de gamme, taillée pour la route. Cela étant il faut quand même jouer un peu des biceps pour la mettre sur l’angle, et même si elle y va sans rechigner, je ne l’ai pas trouvée particulièrement agile de ce point de vue. La protection des jambes et du buste est efficace mais pas parfaite non plus. En revanche, la position est vraiment très bien étudiée, et il est très facile de serrer le réservoir entre les jambes sans efforts. Petit plus, la possibilité de serrer la moto avec ses talons comme sur un cheval. J'ai trouvé que ça aidait encore plus à la manoeuvrer.

En ce qui concerne le moteur, autant le dire tout de suite, s’il est efficace et coupleux, il est aussi très linéaire et bien que le tachymètre s’affole rapidement, c’est vraiment sans distiller la moindre sensation. Même le bruit lorsque l’on prend des tours n’est pas folichon. Bref, c’est du très bon matos, rien à redire, mais ce n’est pas du tout le genre de moto qui file une banane où on se surprend à ricaner comme un abruti dans son casque (pas comme avec une MV Agusta par exemple).

Principal défaut de ce moteur, son manque de souplesse à très bas régime. C’est la première fois que j’essayais une architecture V4 et il n’y a quasiment rien sous 3000-3500 trs min !! C'est vraiment déroutant et ça impose de rétrograder si l'on n'est pas au bon régime.

En comparaison, ma CBF1000 reprenait dès 1500 trs avec beaucoup plus de panache. Cela m’a vraiment déçu malgré les qualités routières de la VFR et son comportement bien plus confortable et plus sain que la CBF.

Autre défaut, l’arrière qui se dérobe à la remise des gaz, et pourtant je n’ai vraiment pas forcé sur la poignée. Ce que j’avais lu s’est confirmé lors de mon essai sur des routes humides, et c’est vrai que ça n’engage pas à visser la poignée à fond.

Dernier point négatif : le cardan, s’il ne génère pas vraiment d’à-coups, il est très présent dans les oreilles à basse vitesse avec des « clongs » et des bruits hydrauliques pas vraiment sexy sur une machine de ce prix.

Honda VFR 1200 vue de face

En résumé

C’est une moto magnifique (question de goût), très bien finie, confortable, rassurante, avec un moteur onctueux et bien rempli, mais pour 15 000 € (sans options !), on s’attend à un minimum de plaisir à son guidon, ce qui n’est vraiment pas le cas ici (et pourtant j’ai adoré la CBF1000). En gros j’ai eu la même impression que si j’étais au volant d’une Audi A6 diesel de 250 ch : c’est beau, c’est confortable, ça pousse fort et ça tient bien la route, mais de là à s’amuser à son volant il y a un pas que je ne franchirais pas. La BMW K1300S m’avait laissé un meilleur souvenir.

Attention toutefois je rappelle que le moteur n’avait que 200 km et que je n’ai pas dépassé les 8000 trs/min.

Essai rédigé par Moto Laos