Note utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Essai Moto Guzzi California Classic (2007)

Moto Guzzi CaliforniaJe m'en "vas" vous raconter une histoire, installez-vous confortablement :

Il était une fois un Amoureux des Calif' qui a eu la chance d'avoir possédé deux Calif 3, l'une carbu et l'autre Ie, en sus d'avoir pu conduire une 850 et une EV.

Fin juin 2007, une folie m'a pris de mettre en vente mon Ie qui est parti au bout de 15 jours d'annonces. Je lui adresse mon adieu le samedi 7 juillet 2007 au matin, non sans mal, et histoire de gommer ma tristesse, je ne peux résister d'aller voir mon GCC préféré l'après-midi même, louchant fortement du côté de la Vintage. Certes, j'en appréhende les principaux défauts, à savoir des jantes non tubeless, un coût prohibitif pour une évolution successive qui dure depuis près de 40 ans !!! Bon elle s'est bonifiée avec le temps, mais a perdu un peu de son caractère d'antan...

Bref, négo avec mon concess' pendant une heure, aucun essai possible car il n'en a plus en démo et finalement, je préfère choisir une Calif Classic, que je choisis d'équiper un peu style Tourin'-Vintage, à la différence des valises classiques et d'un grand pare-brise Germania (pour avoir eu sensiblement le même sur la carbu...).

Moto Guzzi California vue de droite

Commande faite le 7 juillet, promesse de livraison sous 15 jours (je privilégie toujours des véhicules stocks « FRANCE », c'est bien mieux pour négocier) et livraison le 19 juillet 2007 à 18 heures 00. Comment faire mieux !

 

1er bilan au bout de 2 an et quelques de roulage :

C'est le jour et la nuit avec les précédentes Calif que j'ai connues. Un vrai vélo, un châssis rigoureux, même s'il n'est pas fait pour les grandes vitesse (a tendance à dandiner au delà de 150 km/h, mais ce n'est pas le but de la machine), finition bien meilleure (même si quelques vis ou rondelles mal placés méritent d'être remplacés par de l'inox, présence de plastiques « chromés », paraissant bien vieillir toutefois), moteur moins coupleux (coup de pied au derche légèrement gommé par le double allumage) mais tout aussi plaisant, une sonorité d'origine enchanteresse (comment peut-elle respecter les normes?). J'ai l'impression d'avoir un EV largement bonifié, même si je garde un léger bémol pour les suspensions arrières un peu sèches et davantage concerné par le duo... C'est un tout petit mal connu chez les Calif' pour cause de ressort dur.

Bon il subsiste encore des petits défauts (joints caoutchouc qui se décollent, logo Guzzi sur V de fourche collé de travers, fils et connexions trop visibles sous le tableau de bord et en divers endroits du châssis), mais rien de rédhibitoire à mon goût... Quelques petits défauts d'ébavurage. Mais puis-je être totalement objectif ? Et pis j'ai bien connu les petites galères de la Guzzi Neuve (qui a dit qu'une Guz' fiabilisée l'est par son premier proprio... nous guzzistes justement !), à savoir petite fuite au capteur de position de villebroque (pate à joint mal posé), crachat d'huile par la durite d'air sur speedway (durite mal montée et comprimée, quasiment invisible sans gros démontage) et vis de réglage culbu qui casse (problème de trempage d'acier, ça arrive chez d'autres marques !). Mais alors après...

Moto Guzzi California vue arrière droit

Coté moteur

C'est une évolution du classique V11 de 1064 cm3 des précédentes Calif, à la différence que le haut moteur est emprunté à la cousine Bréva 1100 : nouvelles culasses, nouvelles bielles, nouveaux pistons, nouvelles tiges et guides de soupapes, etc... Nouvel alternateur, double allumage permettant une meilleure synchro et combustion, mais faisant perdre un peu de souplesse à bas régime (moteur qui hoquette un peu à l'ouverture des gaz, ce dernier phénomène étant totalement gommé par la dépose de la boite à fumée, pour la remplacer par un simple H Mistral. Un grand classique chez les Calif', qui permet de faciliter la vidange de la boite en plus (c'est pas beau ça)... Manque plus que les pots Mistral !

J'ai effectivement envie de mettre également des échappements MISTRAL, histoire de retrouver la mélodie des précédentes équipées de la sorte, mais nul besoin, ça chante et ça respire très bien avec le H.

Il reprend bien à 2000 trs/mn, commence à s'envoler à 2500 pour tomber dans le gras du couple entre 3000 et 4000, puis s'essouffle au delà de 4500 même si on peut encore ouvrir... Juste un petit trou à ce régime (?). A 90 km/h et sur le dernier rapport, il mouline aux alentours de 2500 trs/mn, à 110 = 3000 trs et à 130 = 3800 trs environ.

 

Moto Guzzi California vue arrière gauche

Je roule principalement sur le réseau secondaire et voies rapides, ma conso oscille entre 4.8 et 5,2 litres/100, soit près d'un demi-litre de moins que mon ancienne Ie. Rien de rédhibitoire et une autonomie analogue, malgré la perte de 4 litres du réservoir (19 l). Attention, réserve pessimiste (s'allume au moins 100 kms avant, aux environs de 13-14 litres consommés), je peux me taper 350 bornes sans vergogne et sans pause essence.

Petit surconso d'huile, normal lors du rodage en cours . Il faut dire que je privilégie une huile avec une bonne fluidité à froid (5W50 ou 10W50), contrairement à GUZZI qui « exige » de la 20W60 (?). Je me suis finalement décidé pour de l'Unil-Opal, très bonne huile professionnelle et française que j'utilisais à mes débuts guzzistes.

Moto Guzzi California vue de gauche

Comportement routier

Comparé aux précédentes, on est encore passé à une étape au-dessus, hormis une petite sensibilité des suspensions arrières à la sécheresse en solo et au rainurage... Vraiment mineur.

Le freinage intégral est toujours aussi efficace, voire même brutal s'il est combiné au second disque avant... Hyper sécurisant, à tel point que je ne sais plus conduire une autre machine sur ce point. D'ailleurs, je ne comprends pas les remarques des essayeurs disant que les commandes au pied ne sont pas ergonomiques, mon mètre 83 s'en accommode très bien.

Une selle un peu ferme au début, mais très confortable, j'ai apprécié sur les longs roulage de 400 ou 500 bornes effectués.

Pour le reste, dès qu'elle sort des affres urbains qu'elle n'affectionne que peu (bi air et gabarit), elle vit excellemment bien, elle vous le rend bien. La grosse banane quoi.

Question protection, je ne regrette pas un chouilla d'avoir repris le pare-brise Germania. Je mesure 1m83 et je suis excellemment protégé (même un peu trop l'été...). Quasiment pas de retour d'air dans le dos, peu de bruit d'air dans mon casque modulable, aucun problème avec visière ouverte, légère influence sur le confort de roulage lors de grands vents (ce qui est normal).

Par contre, les jambes et les pieds ne sont pas protégés du froid et la pluie, mais bon ça, mon équipement s'en charge.

La fourche Marzocchi me paraît plus efficace, je n'ai pas touché aux réglages d'origine.

Je la trouve en tout cas plus légère à manier... Ce n'est pas une sportive, mais elle tient allègrement le rythme dans les virolos, sans jouer du sélecteur comme sur les japoniaises ou autres 4 cylindres. 

Moto Guzzi California vue avant droit

Aspect confort

Selle paraissant plus basse donc genoux légèrement plus pliés, mais rien de gênant me concernant. Sissy-bar toujours appréciable, soit pour le sac arrimé contre, soit pour la passagère qui loue sa présence (elle en redemande de plus en plus).

Concernant les valises, j'ai privilégié les 30 litres HEPCO, question look, mais je regrette les 40 pour la capacité d'emport (mon casque ne rentre pas dans les 30 litres !).

Y'a plus de warning, pourquoi ? Y'a pas les poignées chauffantes, ils pourraient les mettre de série. Y'a pas d'ordinateur de bord, tant mieux, ça évite les galères et les alertes à répétition, voire les soucis électroniques (le mieux reste l'ennemi du bien). Y'a pas de montre, j'ai mis un compteur de vélo.

Le guidon est confortable (beaucoup plus que celui des Vintage ou Special à mon goût), je regrette que les poignées soient trop fines, avec le ressenti du froid du guidon.

Bon voilà, ce n'est pas un essai professionnel. En attendant vos impressions, pour ceux possédant les nouvelles Calif' à double allumage ! 

Salutations guzzardes d'un Californiste convaincu, qui vient de quitter son canapé, merci docteur, pour vous témoigner son ressenti, un partage d'expérience. 

Moto Guzzi California vue de droite

Moto Guzzi California

Moto Guzzi California vue de face

Essai rédigé par Doumé