Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Essai Triumph Speed Triple (2009)

Triumph Speed Triple

Voilà, on a rendu les clé de la Street à Mr Triumph, maintenant on va passer aux choses sérieuses, Madame Speed Triple. 

Elle est t'y pas belle comme ça avec sa tenue de camouflage DDE ...  (Bon ok heureusement qu'ils ont mieux comme couleur chez Triumph...). Alors comme sa petite soeur, à l'arrêt ça respire quand même bien la qualité, pas un fil qui dépasse, toutes les pièces sont bien ajustées, que du bon. C'est fou à quel point Triumph a poussé le mimétisme entre ses 2 Roadsters. Rapidement comme ça on les confond facilement. mais bon avec 2s d'attention, la Speed fait quand même plus sérieux : gros monobras, réservoir plus imposant, moteur ... beaucoup plus gros ... on sent quand même la montée en gamme.

Triumph Speed Triple vue de droite

Bon maintenant qu'on a bien bavé devant la belle, vite CONTACT  ... WAOUUUUUUU, quelle sonorité (Toujours ne échappement d'origine...). Là plus aucun doute ne subsiste quand a sa cylindrée, ça on sait que c'est pas un 600. C'est rauque, grave, ça transpire la puissance..... 2ème très bon point.

Allez en selle... Alors à, les moins d'1m70, passez votre chemin ou équipez-vous d'un mini escabeau télescopique, parce que le Speed est quand même assez haut perché (Nitrox montre nous ton échelle ...  ). Pour moi qui fait 1m77, c'est nickel, mais pour les plus petits gabarits comme capu, voilà ce que ça donne :

Triumph Speed Triple vue avant gauche

Sinon les commandes tombent bien sous les mains, les rétros, comme sur la Street ne sont pas là que pour faire joli, on voit très bien dedans et sont très facile à régler. La selle est également très confort ... pour le pilote. Parce que pour le SDS ...  Capu vous en parlera mieux que moi, mais je crois qu'elle s'en souviendra longtemps de la Speed ...

Bon il est temps de prendre la route, je sens qu'elle s'impatiente la cocotte (la Speed hein pas capu...). 1ère : grosse différence avec la Street, la boite est TREEEES douce. Les vitesse passent sans aucun craquement et dans une douceur impressionnante (c'est aussi doux que sur le CB1). Très agréable au quotidien, surtout que l'embrayage est très progressif. Un petit peu de ville histoire de faire chauffer un peu la mécanique avant de rejoindre les virolos pour s'apercevoir qu'une fois encore les Triumphs savent très bien se tenir en ville, les suspensions sont relativement confort (Toujours pour le pilote...), et le moteur très agréable a bas régime. Toujours aucun souci de rayon de braquage pour moi, ça braque ... suffisamment.

Bon le moteur est chaud, Zitoune aussi , capu... accroche toi. Et c'est parti pour une petite demi-heure. Alors le moulin de la Speed, c'est effectivement un beau propulseur. ça tracte sous 5 000 tr, ça pousse entre 5 000 et 8 000 et ça tire ... au-dessus. Aucune comparaison n'est possible avec un 600 quel qu'il soit. Par contre, par rapport à un CB1, c'est quand même un peu plus caractériel. On sent quelques petits à-coup d'injection dans certaines conditions : petit virage serré, coupure à l'approche du virage avec freinage, très légère tenue des gaz pendant et légère accélération en début de sortie de virage (moto encore bien sur l'angle), là le speed a comme un trou, il faut tourner la poignée un peu plus pour que ça reparte. Bon ce phénomène est très léger, et je pense qu'avec un peu d'entraînement on doit s'y faire, mais ça surprend quand même un peu.

Sinon concernant la partie cycle, quand j'entends dire que le point faible du Speed c'est son freinage, bah là, avec les Brembos présents depuis les version K8, c'est pas des freins qu'ils y ont mis, mais 2 grosses ancres de marines. Avec la moitié d'un petit doigt, tu arrive à stopper la machines (avec ses 2 passagers s'ils vous plaît). C'est impressionnants et surtout très rassurant. On arrive très rapidement à très bien doser sans pour autant faire des stoppies à chaque freinage. Par contre le frein AR, passé les 10 Km/h, il se fait totalement oublier. A tel point que je me suis demandé plusieurs fois s'il y avait vraiment un disque à l'AR...  
Question suspensions, encore une fois chez Triumph, c'est que du bon, confort, robuste, ça bronche pas quelque soit l'état de la chaussée.

En conclusion, la Speed est une excellente machine, avec un moteur très performant, bourré de couple, et pas avare du tout en sensations. J'ai pas encore fait mon choix, mais le match pour moi va se jouer maintenant entre la Speed et la CB1. 2 motos quand même très différentes dans ce qu'elles offrent. La Speed est une moto d'homme, assez imposante avec un moteur un soupçon caractériel et qui demande de la part de son pilote un peu d'investissement pour pouvoir en tirer toute la quintessence. A ne surtout pas mettre entre toutes les mains et tête bien accrochée sur les épaules obligatoire pour la garder longtemps... 

Allez, encore une dernière petite tof pour la route, et capu vous fera son CR en tant que SDS, qui je crois va valoir son pesant de cacahuète....   

Triumph Speed Triple vue avant droit

L'avis de Capucine en tant que passagère : 

Donc nous y voilà... Ayant trouvé la Street confortable, je m'attend à monter sur ,sinon l'équivalent, du supérieur...

Pleine d'entrain, de bonne volonté et de bonne humeur, je m'approche de l'engin qui ronronne. C'est vrai qu'elle est canon, quoique l'orange  ça me va pas au teint et ça me rappelle qu'il faut que je dise à la DDE de boucher les trous.  

Etape n° 1 : je monte. Alors pour les handicapé(e)s du levage de jambe, passez votre chemin.  Là aussi, poignée à l'arrière, utile à basse vitesse parce qu'après...

Etape n°2 : je me rend compte que la selle est nettement plus dure que sur la Street, et que je vais y perdre en confort.

Etape n°3 : en roulant en ville, je râle encore plus sur ces p....n de trous (on peut payer des impôts), mais aussi sur les raccords de bitume, bref sur tout ce qui pourrait faire réagir les suspensions... plutôt raides (et encore le vendeur dit qu'on peut régler encore plus ferme: j'étais au bord de l'évanouissement). Et là je commence à prendre douloureusement conscience de mon coccyx. 

Etape n°4: sortie de ville, Zitoune allume  Donc je lâche la poignée pour me tenir à ma douce moitié. Mais comme le passager est placé haut par rapport au pilote, on est comme qui dirait plié en 2. Et là je commence à compter mes vertèbres, des cervicales jusqu'aux lombaires  J'AI MAAAAAAAAAAAAAAAAAAAALLLLLLLLLLLLLLL. 

Etape n°5: retour à la concession. J'ai des courbatures, tous mes os m'expliquent clairement où ils sont situés. Le vendeur (qui nous a même pas payé un café) me demande ce que j'en pense: JE LA HAIS. 


Essai rédigé par Zitoune06 (pilote) et Capucine (passagère)