Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Essai Triumph Street Triple 675 (2009) par Rsvbroooarrr

Oui-Oui fait du vélo !!!

Triumph Street TripleMachine d’essai : Modèle 2009, orange, environ 2000 km, bridée…

Conditions d’essai : 10°C, départementales, seul, en duo… 

Comment ça on peut pas essayer la dayto ???!!! Bon je retiens mon arssouillette parce qu’elle a faillit casser la gueule au vendeur. Ah… Un Street-Triple, mais c’est une brêle de nains ça non ? Bon ok ok mais on reviendra. :D

Allez zou, on monte sur le vélo dans sa livrée orange mat, contact… hummm ça feule, c’est sympa. Tous ça relevé par le tableau de bord Star-Wars qui à l’avantage de garder un compte tours analogique (j’aime pas cette mode a la con du « tout digital », ça fait compét’ mais c’est moche)…

Arssouillette n’est pas très à l’aise dans sa position de passagère (elle aime les vraies motos ; les sportives ) mais c’est tout de même confortable et ça ne vibre pas.

Première, euh… mais elle est ou la bulle, manques un truc la ? Ah pardon c’est un roooadsteuuur ! C’est rigolo parce que la position est très naturelle (qui a dit « pour se traîner la teub »), on est assis « dans la moto » mais la passagère ne voit pas la route.

La moto est très vive est très douce, mais bizarrement la Daytona l’est encore plus au niveau des commandes d’embrayage et de freinage. Le moteur bien que linéaire n’a pas de réelle zone morte, il est très plein partout, l’allonge est étonnante et il se passe quelque chose à 10.000 tours ; un bruit génial à ce régime ou le feulement rauque (typé Alfa des années 80) se transcende et transcende ce « petit moteur ». Bizarrement la Daytona ne l’a pas fait ce bruit génial à dix mille mais la street été un peu plus libérée (2000km).

Triumph Street Triple vue avant droit

La moto est vraiment facile, maniable directive mais cela se paye et la partie cycle ne m’a pas vraiment séduit : Elle se désunit très rapidement en duo et n’est pas assez ferme à mon goût. Ceci dit, elle est réglable un minimum, il y a sûrement moyen de durcir un peu tous ça. On est donc en présence d’une moto pour faire le cake en dessous de 200 (donc en ville )  mais pour jouer à ça, le freinage manque un peu d’attaque et de puissance (beaucoup plus de feeling et de puissance sur la Daytona). A ce jeu la un Aprilia Dorsoduro fera bien mieux mais dans la catégorie Roadster et à ce tarif c’est je pense excellent. La Street-Triple R devrait être encore plus convaincante parce qu’elle n’est pas loin de la perfection pour une utilisation boulot / arsouille ville en solo.

Chaque moto à son utilisation et une cible particulière et la street fait mouche pour cet énorme marché qu’est le « mid-size urbain » (ouais je sais, j’invente des catégories…)

La street est une belle machine qui a sa propre personnalité / identité (double optique notamment)  mais elle reste à la limite de l’utilitaire ; c’est un avis exigeant certes, mais elle ravira un motard débutant ou un motard qui conjugue encore la moto avec les plaisirs simples de la route.

 

L’avis d’Arssouillette en pilote

Tout d’abord, c’est moi qui ai trouvé le titre  ; La Streek kriiipeul est facile à conduire (par contre pas facile à dire le nom de la bécane ) et très sympa en dynamique. La partie cycle est très vive et j’ai beaucoup aimé, par contre j’étais trop droite (position roadster) et c’est déroutant de n’avoir rien devant soit ni bulle, ni saut de vent. Pour une fois, le frein arrière ne fait pas de la figuration et j’ai même réussi à bloquer la roue arrière juste avant un rond point (chaussée détrempée).

Le son est toujours aussi bon ça feule et c’est génial, par contre j’ai trouvé qu’elle poussait moins fort que la Daytona. J’adore les petites diodes bleues du shift light et le rétro éclairage blanc qui sont plutôt féminin et du plus bel effet.

Bon, ce n’est pas une sportive mais c’est pas mal quand même !

Triumph Street Triple vue avant droit

L'avis d'Arsouillette en passagère

Bon alors, en passagère, franchement j’ai pas trouvé la position terrible. Pas beaucoup de place, j’étais trop droite, on vois pas ce qui se passe et la seule chose qui vous fait oublier un peu la position des cales pieds pour les nains c’est le feulement du 3 cylindre que j’ai vraiment adoré. Moi qui ai l’habitude de poser mes mains sur le réservoir j’ai été obligé de me tenir à mon chéri mais je ne ferais pas 300 bornes comme ça…

C’est moins rédhibitoire que sur un Superduke qui pousse bien plus fort mais c’est quand même pas top ! Rien a voir avec un Daytona ou je pourrais rester toute la journée même si « Daytona is not for pussies »  (la dayto, c’est pas pour les taffioles) ! 

 

Les +

  • Facilité d’utilisation
  • Douceur des commandes
  • Le son bordel !!!

 

Les –

  • Confort passager
  • Partie cycle trop souple

 

Ps : Je ne suis pas fan des couleurs mattes mais la livrée orange proposée n’était pas dégeu…

Triumph Street Triple vue de droite

Essai rédigé par Rsvbroooarrr et Arssouillette