Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Face-à-face BMW K1300S et K1300R (2009)

BMW K1300R et K1300SEtant titillé par la K1200S puis la K1300S depuis quelque temps, je suis passé incidemment chez le concessionnaire BMW le plus proche de chez moi un samedi pour voir la bête de plus près, et me suis renseigné à tout hasard sur la possibilité d'un essai (la K1200S étant non dispo à l'essai auparavant) : A ma grande surprise, la K1300S est disponible en essai, et qui plus est proposition est faite de l'essayer sur le créneau du midi (pendant que le concessionnaire est fermé), soit un essai d'envion 1h30 au lieu des traditionnels 30 mn ! 

Bien décidé, j'en parle à Manu, collègue motard en FZ1, pour qu'il m'accompagne et lui flashe sur la K1300R ! Banco, rendez-vous est pris avec le concessionnaire, nous essayons les deux en même temps !

Donc, certains ici me l'ayant réclamé plus que de raison, voici le compte-rendu de ce superbe double essai.

 

Les machines

Voici les bêtes :

BMW K1300S vue avant gauche BMW K1300S profil avant gauche

BMW K1300R vue avant droit BMW K1300R profil avant droit

Petit tour du propriétaire, les deux machines sont toutes options, à savoir :

  • poignées chauffantes
  • ABS sport intégral (et qui n'empêche pas de freiner sans batterie comme auparavant sur certains ABS BMW )
  • ASC (anti-patinage/contrôle de traction qui régule l'injection pour que les roues soient à la même allure)
  • ESA (suspensions pilotées électroniquement)
  • Shifter (permet de passer les vitesses à la voler sans lâcher les gaz )
  • pot Akrapovic sur la R (nous apprendrons au retour qu'il était déchicané!)
  • contrôle de la pression des pneus au tableau de bord (en bluetooth parait-il ?)

Les deux motos sont vraiment très réussies, chacune dans son style, et la finition est exemplaire. Ca respire vraiment la qualité, la belle mécanique. On a hâte de tester ! Je prendrais la S, et Manu la R. Nous échangerons un peu en cours de route, mais la suite est surtout sur la S vu que c'est celle que j'ai eu essentiellement (mais les différences sont faibles entre les deux).

 

Poste de pilotage

Tableau de bord BMW K1300S Tableau de bord BMW K1300R

Prêts à partir, et dernières recommandations d'usage par le concessionnaire, l'occasion de découvrir le poste de pilotage.

On retrouve maintenant des commodos "classiques" et sans les clignotants BMW (warnings présents au passage), mais avec pas mal de boutons supplémentaires pour gérer l'électronique embarquée : tout se pilote au guidon (ASC, ABS, suspensions, poignées chauffantes) et en roulant (!), et tout est intégré sur le LCD, qui est donc très complet : indicateur de rapport engagé, jauge d'essence, température, consommation, kilométrage restant avant panne sèche, réglage des poignées chauffantes , réglages des suspensions, pression des pneus...

Ce LCD est d'ailleurs très lisible (identique sur les 2 motos), par contre les compteurs analogiques (compte-tour et compteur de vitesse) le sont un peu moins, en particulier sur la S où ils sont gradués avec le 0 en bas à droite ce qui fait que sur un usage courant l'aiguille est principalement dans la partie basse des compteurs, peu visible.
On sent le goût du détail : par exemple, lorsque la moto passe en réserve (ce qui nous est arrivé ), le LCD passe automatiquement sur l'affichage du kilométrage restant... qui baisse bien vite d'ailleurs .

Dommage quand même que BMW ait fait l'impasse sur un compteur de vitesse numérique qui éviterait des analogiques gradués jusqu'à 280 (!) de manière linéaire, rendant la partie utile du compteur (disons, en dessous de 140 ) toute petite... on doit probablement s'y faire à la longue mais au début j'avais du mal à savoir à combien je roulais .

 

Contact

Un appui sur le coupe circuit (qui fait également office de démarreur, astucieux), et la K1300R munie du pot Akrapovic démarre dans un feulement grave très sympathique. Même chose sur la S, mais beaucoup plus discret et feutré avec le pot d'origine.

La position est proche sur les deux machines, un peu plus en avant, type "sport" sur la S et plus roadster sur la R (évidemment, me direz-vous ). Venant de la Sprint, je ne suis pas dépaysé et préfère la position sur la S, à l'inverse de Manu qui venant du FZ1 préfère la R (y a une logique ), mais se trouve un poil plus sur l'avant.

L'accueil à bord est bon, la hauteur de selle adapté pour 1m70-80. J'avais repéré à l'arrêt le carter moteur qui dépasse à droite, finalement on le sent pas une fois sur la moto.

Poignée de frein réglable en écartement, mais par contre pas l'embrayage ? Dommage sur une machine à ce prix ! Coté rétro, c'est très correct sur la S, on voit bien derrière. Sur la R, c'est plus classique, on a tendance à admirer ses coudes, mais ça reste acceptable.

Le réservoir est un peu saillant à l'entre jambes, ça surprend au début, mais je ne l'ai plus trop senti par la suite. Il est partiellement recouvert de plastique et de forme complexe, donc pour les sacoches, hors catalogue BMW, ça me parait compliqué.

Premières manoeuvres à l'arrêt, on sent quand même le poids des engins, et le rayon de braquage de la S est faible (guidon qui vient taper dans le réservoir, sans surprises) donc prudence est de mise.

Allez, c'est parti pour un itinéraire mixte, départ de Boulogne, un peu d'autoroute (A13) pour rejoindre Versailles (ville), puis direction la vallée de Chevreuse (virolos à la campagne) pour un petit tour rapide (pour les connaisseurs : La Minière, Dampierre, les 17, La ferme/Les Essarts-le-roi, Auffargis/Vaux de Cernay, et retour/pause repas vers les cascades).

Petite photo devant le chateau de Versailles au passage, où nous avons l'attiré l'oeil et les questions...

BMW K1300R et K1300S

Moteur

Doux et coupleux, le gros 1300 ne faillit pas à la tâche. Le bruit est sympa, on a envie de donner des coups de gaz tout le temps, c'est très joueur. Ca accélère doucement mais sûrement en bas, mais sans aucunes vibrations ni aucuns accoups (reproches qui étaient fait au 1200 de mémoire) puis progressivement ça pousse fort, même très fort !

Grosse accélération, changement de rapport, tiens ? seulement 7000t/min alors que ça va jusqu'à environ 11000 ?? et c'est là le reproche que je ferais à ce moteur : ça pousse fort et velu jusqu'à environ 7000t/min, au point qu'au bruit on penserait être monté beaucoup plus haut dans les tours, mais par contre si on continue après, ça pédale un peu dans la semoule, et le moteur prend ses tours lentement (tout est relatif bien sûr, mais on a le temps de regarder le compte tours !)... si bien que ça n'a aucun intérêt et que c'est beaucoup plus exploitable en dessous ! !Je suppose que ça vient du bridage à 100cv, forcément un moteur de 175cv bridé à 100cv, ça doit se voir sur la courbe de puissance... mais du coup c'est un peu frustrant. Fort heureusement, on passe le rapport suivant et on oublie. Du coup, pour les adeptes des rupteurs, on repassera, faut vraiment le vouloir pour en faire . (A noter cependant que sur la K13R, le moteur semble prendre un peu plus vite ses tours, peut-être un rapport de boite un poil plus court que sur la S ?)

Bref, moteur qui a beaucoup de caractère et un bruit sympa, mais sur une plage de régime plus courte en version française, malgré tout suffisante pour en tirer bien parti ! Avec le pot Akrapovic le son est encore plus sympa, mais sans la chicane, c'est (très) bruyant, à voir avec. En tout cas, Manu était sous le charme de ce pot  !

 

Partie Cycle

Logo BMW K1300S Logo BMW K1300R

Sur les premiers tours de roue, on sent la moto plutôt légère (que ça soit la S ou la R) malgré le poids important (250kg en ordre de marche). En ville, elle se faufile facilement, RAS.

Sur autauroute, la tenue de cap est bonne, on cruise tranquillement, en grand confort. La protection et le bruit à bord sont très corrects sur la S (probablement un peu moins sur la R ) même si une bulle haute serait surement appréciable.

Arrivent les routes de campagne un peu plus viroleuses, plip un appui sur le bouton de réglage des suspensions en mode "sport" et c'est parti ! Et là, cette impression de légèreté sentie au départ se confirme vraiment : la moto virevolte de droite à gauche d'une pichenette, le train avant est très précis, c'est stable sur l'angle comme sur un rail. La moto parait d'une facilité déconcertante, les courbes rapides ou lentes sont avalées avec aisance, on ne recherche qu'à remettre de l'angle et augmenter la vitesse de passage tellement on se sent en confiance ! En sortie de courbe, le couple est là, ça tracte fort probablement aidé par l'anti-patinage qui permet de remettre gaz très tôt. Du pur plaisir.

Coté freinage, c'est du tout bon aussi ! Ca freine fort, et l'ABS ne se sent pas du tout, rien à signaler. La suspension avant BMW ne plonge pas au freinage (très légèrement à l'amorce, mais c'est tout), et on se prend à freiner de plus en plus tard...

La suspension parait très bonne, bon on est pas essayeurs pros, mais du moins rien de frappant. En revanche, bien qu'ayant joué avec le réglage, j'ai pas trop senti de différences entre les trois modes (mais je ne les ai pas non plus essayés sur les mêmes parcours, ceci expliquant peut-être cela).

Bref, cette partie cycle est à la hauteur de la réputation des BMW et les technologies maison dont on m'avait tant parlé sont effectivement impressionnantes !

Petite pause pour inverser les bécanes, nous sommes comme deux mômes avec la banane sous les casques .
Entre la R et la S, peu de différences, la R étant un poil plus maniable (c'est là qu'on sent les 10kg de moins), mais ça reste très proche.

 

Transmission

Coté boite, rien à signaler, le verrouillage est ferme et efficace, sans surprises. Pas de difficulté à trouver le point mort.

J'avais entendu des choses à propos des cardans, franchement, je n'ai senti aucune différence notable avec une chaîne, y compris sur des rétrogradages "trappus", qui passent tout seul avec le coup de gaz qui-va-bien. (et avec un petit bruit "racing", pourquoi se priver ! )

Et le shifter me direz-vous ? Eh bien ça c'est terrible ! Au début, on veut faire comme sur une boite standard, à passer les rapports à la volée en lachant les gaz... ce qui donne des a-coups, comme sur une boite standard. Mais une fois qu'on a compris le principe , et qu'on se force (de manière contre-nature) à garder les gaz en tapotant le sélecteur vers le haut, alors là c'est fabuleux : gaz à fond, clic clic sur le sélecteur et les vitesses s'égrènent instantanément avec très peu d'a-coup et ni perte de motricité, merci également à l'anti-patinage qui régule l'injection pour que la roue avant ne décolle pas ! Bref, efficacité terrible, et grosse mise en confiance !

Changer de rapport en courbe devient aussi un jeu d'enfant : filet de gaz, clic, et hop, ça repart de plus belle. Bluffant.

En pratique, bien sûr à part le coté gadget sympa, on peut se poser la question de l'utilité au quotidien vu le prix de l'option, mais en tout cas, c'est efficace  !

 

Conclusion

Finalement, vous l'aurez compris, nous avons été tous les deux impressionnés par ces machines, et pris un pied énorme pendant l'essai ! Merci au concessionnaire pour nous avoir prêter ces machines si longtemps ! 

Ces motos sont douces, rassurantes et en même temps d'une aisance et d'une efficacité insoupçonnée. Bien sûr on est probablement pas au niveau d'une hypersport, ou d'un petit roadster léger dans les épingles de montagne, mais ça reste bluffant. Et le tout, encore une fois, avec des commandes douces, pas d'a-coups, pas de surprises.

Comparée à la Sprint (qui en est plus proche que l'er6 quand même, et que je peux mieux comparer), on est dans le même monde, mais à coté la Sprint parait plus pataude, plus brutale : c'est plus lourd, ça secoue plus, les commandes sont plus dures, le moteur se bat un peu plus, bref c'est plus physique à emmener. Malgré tout, elle garde quand même beaucoup de charme en particulier pour le 3 pattes.

Après on est pas non plus dans la même gamme de prix, surtout avec toutes les options, mais il est indéniable que cette K1300S laisse un petit goût de reviens-y... Arghh, je savais bien qu'il fallait pas l'essayer ! 

Les points forts :

  • la partie cycle exceptionnelle.
  • les sensations délivrées.
  • le look (chacun ses goûts of course), la finition
  • l'équipement (éléctronique embarquée, options)
  • le cardan !
  • le caractère moteur, avant 7000t/min


Les points négatifs :

  • le prix de base et des options  
  • le poids à l'arrêt et pour les manoeuvres
  • les compteurs peu lisibles
  • la consommation (pas de chiffres, mais vu la vitesse à laquelle la jauge a baissé au cours de l'essai...)
  • le comportement moteur après 7000t/min, du moins sur la version française.

 

Essai rédigé par Gaga